Archives par mot-clé : réseaux sociaux

Les mots nous blessent tous…

À la lueur de tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux ces derniers mois, je me permets d’annoncer que nous échouons lamentablement en formation sur les médias. Par contre, je sais que les chances que l’enseignement de l’utilisation des médias prenne plus d’importance sont bien minces, surtout en ces temps de contraintes budgétaires. Pourtant, si une modification au programme d’enseignement était essentielle, ce serait réellement celle-là : apprendre aux enfants et aux adolescents à utiliser les médias de l’information. En faire une matière au même titre que l’éthique et la culture religieuse (ECR).

Une problématique importante semble s’imposer d’elle-même. Alors qu’il est possible de se rapprocher des gens qui sont éloignés de nous, ce rapprochement même nous éloigne de ceux qui sont près physiquement. Regardez dans un restaurant, sur une terrasse, dans une réunion de famille : les gens communiquent sur leur cellulaire avec une personne éloignée au lieu de discuter avec la personne qui les accompagnent.

Les réseaux sociaux « permettraient » de rapprocher des gens qui n’auraient jamais pu entrer en contact autrement, de les regrouper par affinités ou convictions, de provoquer des échanges positifs pour amener une croissance personnelle. En bref, les technologies de l’information devraient favoriser d’une manière exponentielle la socialisation, l’apprentissage de la vie en société. Hélas! Cela semble tout le contraire. Il s’en faut de peu ces derniers temps pour ne pas oublier que nul n’est une île et que l’être humain a besoin de ses semblables pour survivre et exister.

Ma conclusion aura l’air apocalyptique mais je crains que les réseaux sociaux au lieu de nos rapprocher comme on le pensait dans les années 1990, sont en train de nous diviser. Et il est plus que facile de se laisser prendre au jeu.  Quand on lit les nombreux commentaires rattachés à certaines nouvelles sur des blogues ou des journaux, c’est presque irrésistible d’écrire la phrase, la ligne qui va faire taire tout le monde, qui va écraser ceux qui ne sont pas d’accord, éliminer ceux qui voulaient penser différemment. Ces échanges n’ont rien de rassembleurs, mais ils attisent le mépris et l’insatisfaction tout en provoquant la crainte et la méfiance.

Nos connaissances des médias sont minces.

À preuve, lorsque nous discutons sur les réseaux sociaux, nous avons la fausse impression de parler avec notre beau-frère ou quelques amis autour d’une table. Pourtant, il n’en est rien. Imaginez plutôt que vous parlez dans un auditorium ou le centre Bell rempli à craquer. Ainsi la portée de vos paroles n’est pas du tout la même.

On voit aussi que les gens ont peu de ressources quand ils sont confrontés à des opinions qui divergent, d’où l’escalade immanquable de méchancetés et de « mots qui blessent ». Dans notre auditorium, c’est l’équivalent de passer aux coups de poings ou aux armes.

Il semble d’ailleurs que l’être humain est peu habile à discuter en grand groupe. Il est très difficile de prendre le point de vue d’un participant pour y répondre avec des arguments réfléchis. La colère s’installe rapidement et les gens plus forts physiquement imposent leurs opinions en intimidant ou en agressant. Une dynamique de groupe du genre de la meute de loups s’organise. Pensez aux assemblées syndicales, assemblées de vote,  et autres assemblées de toutes sortes. On s’y perd en conjectures ou on impose « sa » loi.

Sans compter ces autres individus qui voient les discussions en groupe comme une partie de cartes où leur jeu est frimé. L’anonymat les dessert bien. Avec des énoncés antisociaux, ils divisent les gens et attisent la haine ce qui amène l’intolérance.

L’éducation serait une bonne issue pour se sortir de cette « impasse ».