Archives de catégorie : Éducation aux médias

Les médias 101

media

Les médias ne sont pas des jouets.

Le mot « média » est issu du latin « medius » qui désigne un moyen ou un intermédiaire. Les médias représentent donc les outils qui se retrouvent au milieu d’une communication. Ils sont l’intermédiaire entre deux personnes; le moyen qui permet de transporter le message.

N’est-il pas fabuleux de pouvoir discuter comme en tête en tête avec une personne qui se trouve à des kilomètres de nous? La regarder dans les yeux et voir les expressions sur son visage. Alors, qu’il y a environ une centaine d’années, il était difficile de transporter la voix sur de longues distances. Aujourd’hui, on dirait que c’est la personne en entier qui se retrouve tout près de nous, à quelques centimètres de notre visage.

Mais les médias ont poussé la communication à un niveau exponentiel. Un message peut rejoindre des milliers de personnes en même temps sans qu’il soit nécessaire de le répéter encore et encore. C’est ce qu’on appelait dans une autre décennie : les « mass media » ou les « médias grand public ». Le message peut être expédié à une population en entier d’un seul coup.

Dans une prochaine série d’articles, je vais tenter de vous présenter différents médias en poussant la réflexion vers différentes directions. Le but de ces articles sera bien sûr de nous faire réfléchir et de vous convaincre qu’il est important d’éduquer les jeunes et les moins jeunes à l’utilisation des médias. Car les questions sont nombreuses :

  • Que sont les médias?
  • Que font-ils?
  • Quelle influence ont-ils sur nos comportements?
  • Présentent-ils un portrait précis de nos civilisations?
  • Servent-ils vraiment à nous rapprocher?
  • Sont-ils en train de nous créer de nouveaux malaises?
  • Permettent-ils de jeter à terre des barrières?
  • Peuvent-ils nous enfermer dans une case?
  • Créent-ils de nouvelles bases pour les relations humaines?
  • Mélangent-ils les sentiments envers les humains et envers les machines?

Gardez en tête lorsque vous me lirez que je n’ai pas la prétention de tout connaître sur les médias et encore moins d’en être un spécialiste. Disons que mon utilisation de certains médias pour enseigner à des élèves m’a amené à me poser plusieurs questions.

Préparons-nous à cette réflexion! Les médias, un jeu ou un défi?

 

De l’éducation aux médias

Où en sommes-nous avec l’éducation aux médias en 2017? Qu’on me le dise.

Hélas! J’ai bien peur que nous n’ayons pas tellement évolués depuis la dernière fois que j’en ai parlé… En février 2009! [Pour relire ce billet, suivez le lien précédent.]

 

Si les enfants apprennent en regardant leurs parents, que découvrent-ils?

Y avez-vous pensé? Quelles sortes de modèles êtes-vous pour vos enfants?

  • Celui qui texte en conduisant avec son cellulaire sur les cuisses…
  • Celui qui est absorbé par son téléphone malgré qu’il est accompagné par des gens…
  • Celui qui poste tout ce qu’il pense sur Facebook, Twitter et compagnie sans penser aux lendemains…
  • Celui qui entre dans des « joutes de mots » à grands coups de commentaires désobligeants sur les sites journalistiques et autres…
  • Celui qui se valorise ou se dévalorise en comptabilisant les « aime » ou « like » qu’il a obtenu sur Facebook…
  • Celui qui ne peut pas passer plus de 5 minutes sans aller voir sur Facebook ou Twitter ce qui se passe ou se publie…

 

Reprenons, si vous le voulez bien, un passage de mon ancien billet qui explique ce qu’est l’éducation aux médias :

… ne pas être démuni face aux messages que l’on reçoit par les médias, c’est-à-dire : la radio, la télé, les journaux, Internet, les sites web, etc. (Démuni comme dans essayer de tout absorber ce qui passe sur Facebook pendant la pause…)

Les médias sont partout (Ils sont maintenant dans votre poche ou plutôt vous les avez toujours en main.) et ils nous disent constamment comment être (Restez à l’abri aujourd’hui, vous annonce Facebook, car il va pleuvoir. On prend soin de vous et vous êtes important pour Facebook, n’est-ce pas?),

comment agir (Tout le monde doit publier une vidéo de chats, non?), quoi penser (Sur son fil Twitter, vous aurez toujours l’heure juste… Mmm! Vraiment?),

quoi porter (Les publicités qu’on vous propose sur Internet sont exactement taillées à votre pointure, non?),

ce qu’il faut manger, ce qu’il ne faut pas manger, quoi dire (Venez déverser votre poison sur cette situation insoutenable. Dites-nous que c’est inacceptable en nous laissant un commentaire. Tout le monde est d’accord avec vous…), comment se sentir, etc.

Les messages sont nombreux (des centaines de millions par jour) et l’on peut s’y perdre (Comment départager le vrai du faux? Fake News, ça vous dit quelque chose?).

Alors, une personne qui sait comment réagir aux médias est capable de:

 – filtrer les messages qu’elle reçoit (les bons, les positifs, les négatifs, côté humain, côté inhumain)(« filtrer » est une action-clé qui permet d’éviter de sombrer dans l’extrémisme ou l’intolérance… J’y reviendrai dans un prochain billet.)

 – comprendre l’influence que les médias exercent sur sa vie (Qui décide de vos actions? Votre propre jugement ou votre téléphone intelligent? Lequel des deux consultez-vous en premier?)

 – garder le contrôle sur ses émotions et sa liberté de jugement (Le futur vous inquiète parce que nous n’aurons plus d’eau potable ou parce que vous n’aurez plus d’essence pour aller au travail en voiture?)

 – décider ce qui est bon pour elle sans être soumis à une influence (Il vous faut absolument voir toutes les vidéos de chats « postées » aujourd’hui…)

Aussi, cette personne n’est pas démunie puisqu’elle est capable d’utiliser les médias pour communiquer adéquatement avec son entourage ou son réseau social.  Elle évite les pièges de la publicité.  Elle fait un usage civilisé des courriels, des messages textes,  des « environnements sociaux sur le web » (tout le contraire d’intimider, humilier, dévaloriser, …) et elle respecte les droits d’auteur.  Elle reconnaît la propriété intellectuelle et y fait attention.  Elle sait protéger la vie privée des gens qui l’entourent (comme filmer quelqu’un à son insu et « poster » cette vidéo sur Facebook pour obtenir des « like »)  ainsi que la sienne.

Vous êtes-vous reconnu parmi certaines affirmations ou situations décrites ci-haut?

Alors, où en sommes-nous avec l’éducation aux médias? Pas très loin, j’en ai bien peur…

Les mots nous blessent tous…

À la lueur de tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux ces derniers mois, je me permets d’annoncer que nous échouons lamentablement en formation sur les médias. Par contre, je sais que les chances que l’enseignement de l’utilisation des médias prenne plus d’importance sont bien minces, surtout en ces temps de contraintes budgétaires. Pourtant, si une modification au programme d’enseignement était essentielle, ce serait réellement celle-là : apprendre aux enfants et aux adolescents à utiliser les médias de l’information. En faire une matière au même titre que l’éthique et la culture religieuse (ECR).

Une problématique importante semble s’imposer d’elle-même. Alors qu’il est possible de se rapprocher des gens qui sont éloignés de nous, ce rapprochement même nous éloigne de ceux qui sont près physiquement. Regardez dans un restaurant, sur une terrasse, dans une réunion de famille : les gens communiquent sur leur cellulaire avec une personne éloignée au lieu de discuter avec la personne qui les accompagnent.

Les réseaux sociaux « permettraient » de rapprocher des gens qui n’auraient jamais pu entrer en contact autrement, de les regrouper par affinités ou convictions, de provoquer des échanges positifs pour amener une croissance personnelle. En bref, les technologies de l’information devraient favoriser d’une manière exponentielle la socialisation, l’apprentissage de la vie en société. Hélas! Cela semble tout le contraire. Il s’en faut de peu ces derniers temps pour ne pas oublier que nul n’est une île et que l’être humain a besoin de ses semblables pour survivre et exister.

Ma conclusion aura l’air apocalyptique mais je crains que les réseaux sociaux au lieu de nos rapprocher comme on le pensait dans les années 1990, sont en train de nous diviser. Et il est plus que facile de se laisser prendre au jeu.  Quand on lit les nombreux commentaires rattachés à certaines nouvelles sur des blogues ou des journaux, c’est presque irrésistible d’écrire la phrase, la ligne qui va faire taire tout le monde, qui va écraser ceux qui ne sont pas d’accord, éliminer ceux qui voulaient penser différemment. Ces échanges n’ont rien de rassembleurs, mais ils attisent le mépris et l’insatisfaction tout en provoquant la crainte et la méfiance.

Nos connaissances des médias sont minces.

À preuve, lorsque nous discutons sur les réseaux sociaux, nous avons la fausse impression de parler avec notre beau-frère ou quelques amis autour d’une table. Pourtant, il n’en est rien. Imaginez plutôt que vous parlez dans un auditorium ou le centre Bell rempli à craquer. Ainsi la portée de vos paroles n’est pas du tout la même.

On voit aussi que les gens ont peu de ressources quand ils sont confrontés à des opinions qui divergent, d’où l’escalade immanquable de méchancetés et de « mots qui blessent ». Dans notre auditorium, c’est l’équivalent de passer aux coups de poings ou aux armes.

Il semble d’ailleurs que l’être humain est peu habile à discuter en grand groupe. Il est très difficile de prendre le point de vue d’un participant pour y répondre avec des arguments réfléchis. La colère s’installe rapidement et les gens plus forts physiquement imposent leurs opinions en intimidant ou en agressant. Une dynamique de groupe du genre de la meute de loups s’organise. Pensez aux assemblées syndicales, assemblées de vote,  et autres assemblées de toutes sortes. On s’y perd en conjectures ou on impose « sa » loi.

Sans compter ces autres individus qui voient les discussions en groupe comme une partie de cartes où leur jeu est frimé. L’anonymat les dessert bien. Avec des énoncés antisociaux, ils divisent les gens et attisent la haine ce qui amène l’intolérance.

L’éducation serait une bonne issue pour se sortir de cette « impasse ».