Tweet du docteur Price-Mitchell

Message à considérer quand nous parlons d’éducation aux médias avec les adolescents et les enfants et que je me permettrais de traduire par :

“Les mots que tu utilises deviennent les sentiments qui t’habitent.”

 

En lien avec ce sujet, je vous propose de visiter “Les mots blessent” : cette page fait partie du site du gouvernement du Canada “Non à la cyberintimidation.

L’éducation aux médias est un sujet dont j’ai parlé quelquefois dans le passé en soulignant toujours l’importance de former les jeunes pour qu’ils utilisent les médias d’une façon responsable.

Je me permets de citer plus bas un billet que j’ai écrit ici même sur ce blogue en 2009. En y regardant bien, je me rends compte que peu de choses ont changé et j’irais même jusqu’à dire que les choses ont empiré au niveau des médias sociaux.

Une conclusion rapide que je me permets de mentionner :

Par le passé (la décennie 2000), nous avons enseigné aux enfants à protéger leur identité sur Internet en utilisant un pseudonyme. Je constate que 10 ans plus tard, ce même pseudonyme qui permet de protéger l’identité offre surtout le pouvoir de discriminer sans être reconnu, de démolir sans être redevable, d’oser les pires méchancetés sans avoir à se dévoiler… C’est la liberté d’expression anonyme où il est permis de tout dire sans avoir rien à assumer.

—  —  —  —  —  —  —  —  —  —

Voici donc l’extrait de mon billet :

L’éducation aux médias, c’est quoi?

C’est ne pas être démuni face aux messages que l’on reçoit par les médias, c’est-à-dire: la radio, la télé, les journaux, Internet, les sites web, etc. Les médias sont partout et ils nous disent constamment comment être, comment agir, quoi penser, quoi porter, ce qu’il faut manger, ce qu’il ne faut pas manger, quoi dire, comment se sentir, etc.  Les messages sont nombreux et l’on peut s’y perdre.  Alors, une personne qui sait comment réagir aux médias est capable de:

 – filtrer les messages qu’elle reçoit (les bons, les positifs, les négatifs, côté humain, côté inhumain)

 – comprendre l’influence que les médias exercent sur sa vie

 – garder le contrôle sur ses émotions et sa liberté de jugement

 – décider ce qui est bon pour elle sans être soumis à une influence

Aussi, cette personne n’est pas démunie puisqu’elle est capable d’utiliser les médias pour communiquer adéquatement avec son entourage ou son réseau social.  Elle évite les pièges de la publicité.  Elle fait un usage civilisé des courriels, des messages textes,  des “environnements sociaux sur le web” et elle respecte les droits d’auteur.  Elle reconnaît la propriété intellectuelle et y fait attention.  Elle sait protéger la vie privée des gens qui l’entourent ainsi que la sienne.

Comme vous pouvez le constater, toutes ces qualités sont de plus en plus importantes à maîtriser dans notre monde moderne.  Je crois que vous serez d’accord avec moi si je vous dis qu’il est important que vos enfants ne deviennent pas des “pions” dans le monde des médias mais plutôt des adultes responsables et avertis qui savent comment composer avec ces nombreux outils.  De là, l’importance d’enseigner l’utilisation des médias à l’école pour en comprendre tous les rouages.